Comédie française, ça a débuté comme ça - Fabrice Luchini

70 pages. C'est ce qu'il m'a fallu pour pleinement rentrer dans cette biographie littéraire (et vous verrez ce dernier terme est important). Il m'a fallu naviguer entre les citations, les réflexions muries mais qui semblent si spontanées, les questions oratoires de Robert "Fabrice" Luchini avant d'être pleinement embarqué par l'auteur. 

Pour le non averti, pour l'amateur de littérature ou pour le simple "voyageur" - voyez ici un terme utilisé pour ceux qui se déplacent régulièrement et qui aiment un peu de lecture pour leurs trajets - ces premières pages sont difficiles. Compliquées à décrypter, à analyser.

Il y a un détail majeur à bien prendre en compte avant de débuter ce livre. Le terme d'autoportrait littéraire est utilisé par la critique du Figaro sur la 4ème de couverture. Un autoportrait c'est sur. Mais "littéraire" est le mot clé. Ce ne sont pas les aspects de sa vie qu'il va nous raconter ici, mais il va plutôt décortiquer des textes et auteurs qui l'ont fait tel qu'il est aujourd'hui. Il nous parle ainsi de ses influences, de ce qui l'a façonné. 

Les références littéraires pleuvent: Céline, Rimbaud et son "bateau ivre", La Fontaine, Molière, véritables piliers de cet autoportrait. Mais aussi Proust, Stendhal, Nietzsche, Barthes, Genet également. On rencontre Jouvet et Philippe Muray.

On accède tout de même à des bribes de sa vie. Son passage en salon de coiffure en tant qu'apprenti, sa proximité avec sa mère, sa première fois très étrange sous l'oeil d'un caméscope...

Ce livre se rapproche du carnet de bord. Je vous parlais de ses réflexions qui sont pour une partie de l'ordre du banal mais elles sont le plus souvent factuelles. On a le droit ainsi aux anecdotes de ses rencontres avec François Hollande et Emmanuel Macron, mais aussi de rencontres fortuites avec un carrossier lyonnais aussi bien qu’Olivier Besancenot ou Fleur Pellerin. 

Une chose est sûre: j'ai réellement apprécié la fin rythmée de ce livre de Fabrice Luchini. Les 20 dernières pages m'ont véritablement transportées. Alors était-ce parce que j'arrivais à la fin ? Peut-être. Mais je pense que c'est surtout parce qu'il nous a emmené dans l'autre partie de son autobiographie, l'humaine !

Comédie française, ça a débuté comme ça - Fabrice Luchini
Retour à l'accueil